Cinq ans de projets majeurs au CHU Sainte-Justine

l’innovation et la technologie de pointe au service des patient(e)s et leur mieux-être

Le CHU Sainte-Justine compte un large éventail de projets majeurs développés au sein de son établissement dans le cadre de MUSCO. Chacun d’eux a un objectif bien spécifique, mais une même volonté les rassemble :

celle d’améliorer la trajectoire et la qualité de vie des patient(e)s. Certains de ces projets sont sortis du portefeuille de l’Initiative en juin 2023, mais d’autres ont été autorisés par le Comité exécutif à continuer au cours des prochains mois, voire jusqu’au terme de l’Initiative, laissant ainsi aux équipes le temps de finaliser les dernières avancées.

C’est une expertise de pointe que requièrent certains projets, ce qui peut être tout un défi étant donné la pénurie de main-d’œuvre et les difficultés de recrutement qui perdurent. Si les projets majeurs du CHU Sainte-Justine ont pu continuer de se développer malgré ce contexte, et ce, sous le signe notamment de l’innovation et du maillage entre recherche et clinique, c’est en grande partie grâce à l’expertise et à l’esprit de collaboration des équipes sur place. 

Améliorer la prise en charge des familles

Parmi les projets majeurs MUSCO développés au CHU Sainte-Justine, certains visent à rendre plus accessible la transmission d’informations à distance de la part des familles via le développement d’outils numériques. C’est le cas du projet Application AMIKO qui est considéré comme un véritable projet pilote au sein de l’établissement et qui pourrait être transposé dans d’autres services voire d’autres centres. Développé en collaboration avec les membres de l’équipe clinique du service d’orthopédie et le service des technologies de l’information, ce projet innovant vise à faciliter la complétion des formulaires de qualité de vie par les familles. 

Depuis sa mise en production en septembre 2020, les familles peuvent ainsi transmettre ces informations numériquement et les remplir au moment qui leur convient le mieux et en amont de leur rendez-vous avec les professionnel(le). Elles peuvent prendre le temps de formuler leur réponse adéquatement, ce qui renseigne les professionnel(le)s de manière plus efficace et permet au personnel soignant d’avoir une meilleure compréhension de l’évolution de la condition du patient et d’apporter des réponses thérapeutiques plus adaptées. Sur la dernière année, de juillet 2022 à juillet 2023, ce sont près de 3 000 patient(e)s qui ont complété les questionnaires via l’application AMIKO. Ces informations sont déposées directement dans le dossier clinique du patient suite à la complétion des questionnaires.

La plateforme AMIKO a d’ailleurs été nominée au Gala Reconnaissance du CHU Sainte-Justine en 2022, une touchante marque de gratitude à l’attention des équipes et de valorisation de l’impact de la collaboration et de l’approche multidisciplinaire qui a été au cœur des démarches menées au sein de ce groupe de travail.

Optimiser le recueil des données au service des patient(e)s

L’objectif du projet Base de données orthopédique était de centraliser les données des patient(e)s pour permettre un meilleur suivi et une meilleure prise en charge, tout en facilitant les projets de recherche pour contribuer à renforcer cette prise en charge. En effet, les équipes au sein du CHU Sainte-Justine bénéficiaient d’une base de données pour la scoliose depuis près de 15 ans. L’idée était d’élargir cette base sur le plan orthopédique à l’aide de l’implantation d’un nouveau logiciel, Centro, pour permettre un recueil plus large des données : une base de données élargie a ainsi vu le jour. En parallèle, des discussions ont été initiées entre entre le CHU Sainte-Justine et les Hôpitaux pour enfants Shriners – Canada (Shriners), afin d’explorer la possibilité d’un arrimage entre leurs différentes bases de données, dans l’optique d’élargir encore le bassin observé et de renforcer l’impact auprès des familles. 

Les équipes au sein des deux établissements se sont réunies pour échanger sur leurs matrices respectives, leurs méthodologies de récolte et leurs protocoles cliniques. Le projet fait partie de ceux qui se sont terminés au sein de l’Initiative en juin 2023, et si les échanges pour développer un projet de recherche-clinique commun favorisant l’arrimage envisagé n’a pas pu aboutir, les discussions restent ouvertes pour explorer cette voie.

Allier clinique et recherche pour le mieux-être des patient(e)s

Au sein de l’unité de recherche rattachée à la clinique d’orthopédie du CHU Sainte-Justine (URCO), les équipes travaillent à la fois en clinique auprès des patient(e)s et en recherche en orthopédie, ce qui fait la spécificité de cette unité : les assistantes de recherche assurent ainsi la collecte d’informations pour avoir un plein portrait des conditions des patient(e)s fréquentant la clinique et peuvent mesurer l’impact des soins qui leur sont prodigués. Ultimement, le travail mené par cette équipe contribue à améliorer et à développer de nouveaux protocoles cliniques pour mieux répondre aux besoins des familles. Les assistantes participent notamment activement au recrutement des familles pour des projets de recherche, collaborent aux protocoles à développer et participent ainsi à l’amélioration de la trajectoire de soins. 

En parallèle, l’équipe a également été impliquée dans le développement du projet Application Amiko sur les questionnaires de qualité de vie et du projet Base de données pour bâtir une possible voie de collaboration avec le Shriners. L’apport de MUSCO s’est arrêté cette année pour soutenir les travaux entrepris par cette équipe, mais les coûts de fonctionnement seront à présent assurés par différentes sources de financement, telles que l’Institut TransMedTech ou encore des fonds de recherche. Sur la durée de l’Initiative, l’équipe aura pu développer plus de 40 projets orthopédiques, mettre en place plus de 20 nouveaux protocoles et implanter cinq nouveaux traitements…des avancées rendues possibles grâce au dévouement et au renforcement de l’expertise des assistantes de recherche. 

Un autre projet combinant les connaissances en recherche et en clinique est toujours en cours de développement : celui de recruter un clinicien-chercheur en matière d’orthopédie. Ce projet visait initialement à pouvoir assurer la relève d’un clinicien-chercheur en trouble du rachis à l’aube de son départ à la retraite. Ce sont des postes clé qui jouent un rôle fondamental en matière d’innovation en santé, grâce à leurs activités intégrées : ils contribuent à la fois à la recherche et à l’application clinique des connaissances qui en sont issues. Cela permet d’accélérer le transfert en clinique des résultats de recherche vers les patient(e)s. Il s’agissait de garantir le maintien de cette expertise via l’existence et la nature de ce poste stratégique, et ce, en collaboration avec le milieu universitaire. Cependant, des discussions sont en cours pour une possible réorientation du projet – restez à l’affût de nos prochaines infolettres pour suivre l’évolution de ce projet !

Des appareils d’investigation poussés pour mieux diagnostiquer

Maximiser les expertises et les équipements du CHU Sainte-Justine, voilà l’ambition exprimée pour le projet Évaluation biomécanique des membres inférieurs lorsqu’il a été proposé au Comité exécutif en 2022. La volonté était également de renforcer les liens entre le CHU Sainte-Justine et Marie Enfant pour cette approche. Les deux établissements détiennent des appareils de pointe et l’objectif était de pouvoir exploiter conjointement et à son plein potentiel un nouvel appareillage en genougraphie permettant de mesurer la biomécanique du genou sans irradiation et réputé comme étant efficace chez les adultes et prometteur pour les jeunes patient(e)s.

Il s’agissait de permettre le recrutement d’un technologue en réadaptation, dont la prise de fonction a été effective en janvier 2023, afin de procéder aux examens cliniques à partir de ce nouvel appareil et d’exercer un leadership sur les projets de recherche.

Ce recrutement a déjà permis de procéder à plus de 75 examens et le projet sera maintenu jusqu’au terme de l’Initiative pour l’usage complet du montant attribué au projet.

Plonger dans un environnement immersif pour mieux se préparer à une chirurgie

Outre le recrutement de ressources, l’Initiative a également permis de mener un certain nombre d’aménagements pour moderniser la clinique d’orthopédie et accueillir les patient(e)s dans les meilleures conditions. Plusieurs travaux ont été finalisés, mais il reste encore un espace qui sera à développer d’ici le terme de MUSCO. Il s’agit d’un projet récemment proposé qui viserait à aménager un environnement multimodal, ludique et immersif au sein de la clinique pour offrir aux patient(e)s la possibilité de mieux se préparer à l’approche d’une chirurgie.

Une collaboration avec certaines équipes du Technopôle pourrait permettre de faire bénéficier le projet de l’expertise de certain(e)s professionnel(le)s possédant une expérience en matière de réalité virtuelle. L’installation permettrait aux patient(e)s de se projeter dans différentes situations et différents espaces pour qu’ils puissent vivre à l’avance les différentes étapes de leur chirurgie à venir. Ce projet vise à diminuer le stress des patient(e)s et par là même les risques et le taux de complication et la durée de séjour à l’hôpital. Afin de mener à bien ce projet, de s’ajuster à l’évolution rapide des technologies et d’obtenir les équipements aux meilleurs coûts, une prolongation a été octroyée sur les prochains mois.

Et pour l’avenir ? 

Somme toute, les cinq ans de projets majeurs au CHU Sainte-Justine auront vu se développer bon nombre d’avancées, et ce, à plusieurs niveaux : tant en matière de renforcement de l’expertise, d’acquisition d’équipements de pointe ou encore de mise en œuvre de nouveaux outils ou de nouveaux protocoles. Ces avancées n’auraient pu voir le jour sans l’expertise et la force de la collaboration portée par des équipes qui, sur le terrain, ont réussi à partager leurs connaissances et voir plus grand pour le bénéfice des patient(e)s. 

Il y a fort à parier que l’engagement des équipes permettra de propulser encore davantage les projets à l’avenir, que ce soit jusqu’à leur complétion au sein de l’Initiative ou durant leur continuation avec le CHU Sainte-Justine.

Crédits photo : CHU Sainte-Justine et Marie-Lyne Nault